Poudre de Lune

*

mercredi 24 janvier 2007

Autodafé

Je lui dirai que je la déteste de m'ignorer avec son mépris et sa froideur. Je lui dirai que je croyais en une sorte d'affection entre nous, mais ça n'a plus lieu d'être. La trahison a toujours eue un arrière goût d'amertume. J'ai horreur de ton petit jeu malsain et de tes silences. Mais puisque que tu n'a appris à communiquer que par les rapports de force, la supériorité et le pouvoir, mais quoi? Ton pouvoir ne se limite qu'à ce que l'on veut bien t'en donner. Ne te crois pas si libre. Non. Tu pourra me cracher au visage, me traîner dans la boue de l'humiliation. Tu envie ma liberté, d'être. Tu crèves de rancoeur, tu n'aura pas réussi à me dresser comme une chienne, je ne t'ai pas laissé me tailler à ton image, celle de ta mère, calquer un schéma, boucler la boucle. Je ne me suis pas pliée devant les injures. Espèce de dictateur. L'enfant à qui l'on donne une giffle parce qu'elle a dit non. C'est facile hein?

Sors les petits mots des poches de mon pentalon et déposes-les sur la table. Ce soir, je les trouverai là et je saurai que tu les as lu, que mes secrets ne m'appartiennent plus, puisque c'est toi qui me les as volés, puisque c'est le seul moyen de contrôler ma vie, de la brider. C'est ça que tu cherches. Tu me déshabille sans me dire un mot, et nous n'en parlerons pas, je ferai comme si tu n'avais rien fait et nous mangerons gaiement, gaiement, dans le silence, ou dans les remarques blessantes sur ma façon d'être moi ou sur la vie que tu mènes avec nous.

Je ferai un autodafé de mes angoisses et de ma haine, de mes doutes et de mes espoirs, de mes rêves et de mes nuits. J'aspergerai d'essence mon jardin secret. Et j'en mettrai ta main au feu.
Ce serai du gachis, tout ce temps à tenter de matérialiser des sentiments, rendre tangible le présent et le passé, remplir des pages et des pages de journaux intimes, se purger, s'extraire et se relire aprés des années, laisser une trace, au cas où la mort nous emporte, que l'on puisse savoir qui se cachait derrière ce prénom.
Tu te donnes du mal, ton esprit étriqué ne parviendrait pas à interpréter, ne serait-ce pour comprendre.

Posté par poudredelune à 23:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    n'y aurait-il pas un peu de jalousie d'elle vis à vis de toi comme cause à cet excés ?

    Posté par Jef (20six), jeudi 25 janvier 2007 à 11:58
  • De la jalousie, sûrement. Elle n'a pas eu la même éducation que moi, alors que mon père me laisse agir en me surveillant du coin de l'oeil et me fait confiance, sa mère lui interdisait tout, pour simple fait de dire non et qu'il faut obeir. Pour la dresser quoi.
    En plus, une belle et la fille de son compagnon sont censées être en cocncurrence si l'on s'en réfère à oeudype.
    C'est compliqué les rapports entre les gens. Ele veut tenir les gens en laisse et je refuse de me laisser attrapper, ça l'énerve. Alors elle fouile dans mes affaires, lit mes textes, et la pépite, mon journal (mais il est toujours sur moi).

    Posté par Moon, samedi 27 janvier 2007 à 12:55

Poster un commentaire