Poudre de Lune

*

dimanche 4 février 2007

Je ne sers à rien.

c4d87097019c5d2d

La maison est vide et je suis lasse devant l'ordinateur, tout ce que je veux faire aujourd'hui n'est que l'illusion d'une vie bien remplie, il y a des devoirs à finir absolument, des tonnes de cours à connaître par coeur, des trucs dont je n'aurais que faire si le baccalauréat n'était pas là, à me narguer. C'est quoi toute cette pression, les harpes du savoir m'appellent à l'ordre, tu ne feras rien d'autre de ta pauvre vie, fillette, te gaver le crâne, parce que c'est ta vie, tu es là pour ça, être productive, métro boulot dodo, comme les moutons. Il faut croire en la vie, ha ha.

J'en ai marre de tout ça. Vendredi je ne tenais plus debout. Epuisée. En cours j'avais l'impression de planer, la tête qui tourne toujours, j''ai cru avoir manger pourtant, mais à croire que ça ne sert plus à rien. C'est pire. Je me suis mise à chialer et j'ai finit à l'infirmerie. J'ai dormi une heure, de quoi rattraper ma nuit presque blanche. Au réveil, le coeur palpitant, la chaleur au corps et les frissons en même temps. La prof m'accueille avec un il ne faut pas se décourager, j'ai bien joué, j'ai accusé la fatigue de la nuit, élève trop studieuse qui a travaillé jusque tard dans la nuit, grand sourire aux lèvres. Les copines ont vu les cernes que je cache sous mon fond de teint, forcément, il n'était pas waterproof. Le maquillage est la continuité du mensonge, il se matérialise, on a l'air rayonnante, en bonne santé, les cils emplâtrés dans le mascara, les lèvres pulpeuses et brillantes, une vie épanouie quoi.

Je suis blasée de voir à quel point je ne sert à rien, ça ne me fait aucun effet, je vais montrer à papa un reportage sur les anorexiques, pour me partager un peu, mais j'ai la sensation de perdre une partie intime de moi, c'est un secret si bien gardé.

Posté par poudredelune à 16:41 - Without feelings - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire